fbpx

La Minorité Ethnique Dzao du Viet Nam

La Minorité Ethnique Dzao du Viet Nam

  • Leur Histoire

Les Dzao du Vietnam entretiennent des relations étroites avec les Dzao de Chine. Selon certains livres historiques chinois, les peuples Dzao et Muong auraient la même souche, appartenant au groupe linguistique des Mong-Dzao. Certains documents indiquent que le peuple Dzao a d’abord résidé dans les régions entourant Dongtinghu de la province chinoise du Hunan (il y a environ 3 à 4 000 ans) et dans les régions au sud de la rivière Chanjiang (Chine). Au 14ème siècle, les premiers groupes de Dzao avaient émigré au Vietnam.

  • Leurs coutumes

On peut dire que le Dzao, en tant qu’ethnie, a dû, en raison de certaines conditions historiques, s’adapter à différentes conditions sociales et naturelles, ayant existé dans des institutions sociales extrêmement diversifiées. Sur cette base, ils ont formulé leurs propres coutumes et pratiques, qui portent les généralités de l’ensemble du groupe et les particularités de chaque sous-groupe. Ces règles et conventions se sont clairement manifestées à travers « Le cap sac », un rituel particulier organisé par le peuple Dzao pour un homme atteignant l’âge adulte. Pendant le rituel, cette personne recevra des enseignements sur 10 choses à ne pas faire. (Ne pas tuer d’animaux ; ne pas insulter le Ciel et la Terre ; ne pas gronder les parents ou les proches ; ne pas tromper les autres ; ne pas être lâche et obscène ; ne pas mépriser les frères, amis et parents ; ne pas avoir peur des difficultés et des épreuves ; ne pas respecter les riches tout en méprisant les pauvres ; ne pas gronder les divinités) et 10 questions (Osez-vous y aller si l’eau de la rivière ou du ruisseau monte ; osez-vous y aller s’il pleut abondamment ou s’il y a de la tempête ? osez y aller si votre voyage est gêné par des animaux et des insectes; osez-vous y aller à minuit si vous y êtes invité; osez-vous y aller si une personne gravement malade a besoin d’une hospitalisation urgente; osez-vous y aller si vous devez surmonter montagnes et cols, oses-tu aller si tu es arrêté par l’ennemi, iras-tu si tu es invité par les pauvres… Et la seule réponse à toutes ces questions est “oui”).

On peut dire que la société Dzao est étroitement organisée. Fortement influencées par le taoïsme, les conventions du peuple Dzao portent également en elles-mêmes la force du pouvoir divin, rendant le respect des règles communes au sein de la communauté Dzao très strict. On ne voit guère les violations des coutumes et des pratiques comme des disputes ou des querelles entre villageois. La soumission du peuple au chef du hameau facilite le travail communal. C’est un bon facteur pour construire des hameaux modèles dans lesquels les relations entre les membres de la communauté seront bien réglementées grâce à la promotion d’éléments positifs de leurs coutumes et pratiques traditionnelles.

  • Leur Caractère

Voici  les qualités attendues par la communauté Dzao de ses membres. L’honnêteté, le courage, la dévotion totale envers les autres et le respect des règles et coutumes de la communauté ont constitué un fondement solide des conventions Dzao. Ceux qui violent ces règles peuvent être exclus de la vie spirituelle ou même sociale de la communauté.

 

  • La rôle des femmes Dzaos

Dans la vie sociale, les femmes Dzao jouent un rôle mineur qui est généralement restreint dans la famille. Si une femme mariée devient sans pitié, son mari a le droit d’épouser une concubine. Dans certains cas, les femmes prennent l’initiative de trouver des concubines pour leurs maris.

 

Pour le peuple Dzao, le mariage est principalement arrangé par les parents. Une fois que la famille de la fille a accepté la proposition, la famille du jeune homme doit préparer un grand nombre de cadeaux de mariage qui seront apportés à la famille de la fille pour le rituel de la mariée. Habituellement, la fille reste dans la maison de son mari. Mais dans les cas où la famille n’a qu’un ou pas de fils, le marié peut rester dans sa belle-famille ». Si tel est le cas, il doit changer son nom de famille en celui de sa femme; et ses enfants doivent aussi porter le nom de famille de sa femme.

 

Dans un hameau Dzao se trouvent de nombreuses familles de lignées différentes, dont la lignée principale – souvent celle avec le fondateur du hameau ou avec le sorcier qui connaît de nombreuses coutumes traditionnelles et peut lire des livres anciens. Le chef du hameau est souvent choisi et proclamé avec respect par le peuple, qui présidera tous les rituels communautaires. Il joue un rôle important, étant pleinement compétent pour régler les différends entre les gens. Toute infraction aux règles ou conventions sera jugée par le chef du hameau dont les décisions doivent être respectées par tous dans le hameau.

 

 

Laisser un commentaire