Nos Producteurs

La coopérative Ban Lien Coop

Ban Lien est l’un des villages reculés du district de Bac Ha dans la province de Lao Cai, au nord-ouest du Vietnam. Plus de 360 km le sépare de Hanoi, soit 10 heures de voiture et 75 km de Lao Cai, la capitale de la province. Il est situé à une altitude d’environ 900 m au dessus du niveau de la mer. La plupart des habitants de Ban Lien, presque tous des cultivateurs de thé traditionnel, appartiennent à des groupes ethniques minoritaires Dzao, H’mong, Tay, etc… Ils comptent sur la production agricole à petite échelle pour répondre à leurs besoins quotidiens et leur apporter un revenu.
La coopérative de thé Ban Lien est soutenue par le Département de l’économie de la province de Lao Cai dans le cadre de son «Programme de développement du thé ». Aujourd’hui, 180 petits ménages, répartis en 8 sous-groupes, participent à ce programme.

Les bénéfices des produits exportés financent l’extension des routes de la région, l’amélioration des écoles locales et l’élévation du niveau de vie des communautés de Bac Ha. M. Than, chef de la coopérative et son équipe ont été récompensés par le gouvernement pour leurs contributions à la région.

Ban Lien Coop est l’une des premières coopératives de thé certifié bio et équitable au Vietnam. C’est un exemple de réussite de la commercialisation du thé Shan en Europe et encourage les autres coopératives à se lancer dans la même démarche écologique et solidaire. C’est pour cette raison que Ban Lien Coop réalise des missions de soutien et de conseils pour accompagner les autres coopératives dans la même dynamique.


Le producteur de Cao Bo

La production du thé Cao Bo regroupe 10 villages : Chat Tien, Tham Con, Ban Dang, Khuoi Luong, Thac Tang, Thac Tau, Thac Hung, Tat Khao, Tham Ve et Lung Tao. Nous sommes en train d'encourager ces villageois à s’allier afin de former une coopérative démocratique qui serait certifiée équitable pour la région.

Ces villages sont situés au Nord du Vietnam dans les montagnes Tay Con Linh, région protégée par l’État pour préserver l’habitat naturel. Cette protection est indispensable pour assurer la prospérité et le développement des théiers anciens.

A ce jour, 645 ménages cueilleurs de thé, souvent des minoritaires Dao. Cette année encore, le nombre augmentera en raison de l’agrandissement des familles après les mariages. Les jeunes mariés, malgré leur


M. Menh, maître de thé et combattant pour leur peuple

Trieu Van Menh est né en 1982 dans la commune de Thong Nguyen, région de Hoang Su Phi, dans une famille traditionnelle d’artisans producteurs de thé Shan. Depuis sa tendre enfance passée dans la forêt de Shan Neige, il a tout mis en œuvre pour réaliser son rêve : celui de monter sa propre production de thé. Pour lui, le théier Shan qui pousse naturellement au milieu de la forêt, est un don du ciel et de la terre qui doit être préservé de génération en génération de Dao.

Poussé par son amour des théiers et le désir d’aider les siens, M. Menh a couragement monté seul sa petite production de thé noir, thé vert et thé blanc rare et unique. Son secret de fabrication est bien gardé, connu de lui seul, tout comme le lieu de la récolte. Nous savons seulement que sa production pousse dans les arbres les plus vieux et robustes des montagnes les plus hautes et isolées de Ha Giang,.

Thé pu-erh sauvage rare et précieux

Depuis, il contribue non seulement à préserver l’identité culturelle de sa patrie, mais il apporte aussi un revenu stable et améliore la vie des populations locales.

Grâce à ses recettes traditionnelles héritées de sa famille, à son grand talent et à une sensibilité particulière à la dégustation de thé, il assure la meilleure qualité de production de son thé noir, thé blanc, et thé vert.

La première fois que j’ai rencontré M. Menh, j’ai tout de suite été convaincue de son courage. Caché derrière une timidité typique des Dao, on découvre une grande volonté de rendre la vie de son village plus aisée, mais aussi de sortir de la dépendance des grands grossistes chinois qui achètent le thé à des prix dérisoires. Je lui ai promis de faire mon maximum pour l’accompagner dans cette démarche.