fbpx

La coutume de vivre chez la belle-famille des Dao – au Nord du Vietnam

La coutume de vivre chez la belle-famille des Dao – au Nord du Vietnam

Vous le saviez sans doute que les Vietnamiens possèdent une formidable mosaïque des 54 ethnies dont une partie suit le régime matriarcal. On peut en compter chez les minorités ethniques vivant dans les Hauts Plateaux du Centre comme les Édé, les Cham, les Jaraï et également dans le Nord-Ouest, notamment chez les Dao.

L’ethnie Dao habite dans les provinces de la moyenne et haute région au Nord, comme dans la région à Hà Giang, d’où provient nos thés et épices de Nuage Sauvage. La vie spirituelle des Dao est influencée notamment par le Taoïsme dans le culte des ancêtres et les fêtes saisonnières. Ils ont également leur propres coutumes matrimoniales qui proviennent des derniers vestiges du régime matrilinéaire. Pour se marier, le jeune homme doit répondre aux demandes financièrement de la part de la belle-famille. Dans le cas où le futur marié n’aurait pas de moyen pour préparer des cadeaux de mariage, il sera demandé à venir vivre chez la famille de la fiancée pendant au moins trois ans. Dans la plupart des familles, les beaux parents prennent le beaux-fils comme leur propre fils. Ils leur accordent des confiances et des tendres sentiments. C’est la raison pour laquelle, chez des Daos, de nombreux couples mariés décident de vivre chez la belle famille. C’est une coutume qui existe depuis des centaines d’années, permettant aux pauvres de pouvoir de marier.

Dans leur tradition, il n’y a pas de distinction ni de discrimination de la place des femmes ou des hommes. Lorsqu’une famille a un gendre doux et débrouillard qui vient vivre, on considère qu’elle a plus de gens et plus de richesse. Si le garçon apprécie profondément l’amour de sa femme, il restera, décidera d’honorer la cérémonie et changera le nom de famille en nom de famille de son père. 

En termes de cohésion et d’alliance des groupes ethniques depuis de nombreuses générations, on peut voir que la coutume de la belle-famille a sauvé la vie de nombreux garçons orphelins, pauvres et solitaires. Si vous ne choisissez pas de vivre dans la loi, il y a des gens qui ne peuvent pas se marier en raison de la coutume de contester le mariage avec de grosses sommes d’argent et des cadeaux. Ces offrandes sont des offrandes d’ancêtres et de dot à la famille de la fille et sont également des cadeaux partagés entre les familles des lignées, elles sont donc indispensables. D’ailleurs, être belle-fille est aussi une joie, la prolongation de la longévité des familles avec seulement des filles. Bien sûr, si le beau-fils rejoignait complètement la famille de la femme, ils devaient changer de nom de famille. Cela est lié au droit d’hériter, à la responsabilité d’adorer les ancêtres de la femme, et les enfants doivent également prendre le nom de famille de la femme pour que la lignée se transmette pendant des générations.

Les Dao n’effectuent la cérémonie de dignité qu’une seule fois pour les jeunes quand ils grandissent et sont considérés comme une cérémonie pour adultes, si souvent les familles pauvres n’ont pas assez d’argent pour faire cette cérémonie importante. Lorsque le jeune homme se marie pour le reste de sa vie, le côté de la femme se classe et les accepte également. Le garçon qui se marie pour confirmer que dans la belle-famille, c’est aussi une cérémonie d’adieu à la vie célibataire. C’est une coutume humaine de multiplier le prestige des lignées et de renforcer la cohésion communautaire.

D’autres groupes ethniques qui n’ont pas de cérémonies de dignité comme les Dao ont d’autres formes d’engagement envers les garçons de la belle-famille. Pour les Dao, leurs remèdes populaires ésotériques ne sont généralement transmis qu’aux filles et bien que le beau-fils soit considéré comme un enfant de la famille, le remède n’est jamais transmis au gendre. Certains autres groupes ethniques avec de l’artisanat sont également transmis aux filles, expliquant pourquoi les bijoux précieux sont transmis de mère en fille et que quelques générations plus tard, ces bijoux perdront la trace. Perdus quelque part, ou perdus ne peuvent plus retrouver.

La coutume de la belle-famille est une coutume à plusieurs niveaux qui est importante et qui est une chose remarquable pour la gestion de la population ainsi que pour la planification des stratégies de développement économique local.

Laisser un commentaire